J’ai eu Ie plaisir de travailler durant plusieurs années auprès de créateurs de parfums … des Maîtres parfumeurs …  des « Nez ».

J’ai toujours garder une passion pour ces bijoux olfactifs.

Durant ma formation, j’avais appris que pour se souvenir d’une note, d’une matière première, il faut …. fermer les yeux, sentir et garder la première image qui nous vient.

Nous avons tous une odeur liée à un moment de notre enfance, c’est la même démarche.

Quand je sens un nouveau parfum, j’ai de suite une image qui n’est souvent pas celle évoquée par le créateur, mais c’est la mienne et il n’est pas question de savoir qui a raison ou tort … L’œuvre prend son envol et chacun se l’approprie à sa manière, c’est comme pour un tableau, un livre … le créateur n’en est plus maître.

j’ai choisi d’illustrer ici trois fragrances, deux que je porte, et une que j’ai sentie il y a peu et que je pense m’offrir, car j’aime sa « pétillance ».

*********

« Mon numéro 10 » de l’artisan Parfumeur. C’est un parfum qui me rassure. J’avais eu le privilège de rencontrer son créateur, Bertrand Duchaufour. Il m’avait dit que c’est l’encens qui me procure ce sentiment.

C’est un parfum addictif,  que j’aime laisser et retrouver régulièrement.

********

« Mediterranean Honeysuckle » de Aerin (petite-fille d’Estée Lauder).

Nettement moins connue que sa grand-mère … Une très belle découverte. Une jeune femme dont j’aime l’univers.

 

********

« Bleu Framboise » de Jean-Michel Duriez

J’ai mis la photo d’un cabri, c’est l’image que j’ai eue de suite en sentant ce parfum … un cabri sautillant dans l’herbe, c’est pour moi la représentation du côté très pétillant et atypique de cette eau.

 

Et je pourrais parler aussi des sublimes « Parfums Serge Lutens » … sî vous aussi vous avez découvert des fragrances qui vous touchent, n’hésitez pas à partager  … « écrivons cette page ensemble«